• Un mois plus tard...

    Yop yop les Coupains lecteurs, 

    Voilà déjà un mois que la rentrée scolaire a sonné ! Un mois que nous avons toutes les quatre rejoins les bancs de l'ESPE (Ecole Supérieure du Professorat des Ecoles) et cela n'a pas été de tout repos. On a attaqué dur l'année et on a déjà du mal à se dire que l'allure ne va faire qu'accélérer pour les 6 mois à venir

    Les révisions ont commencé, tout doucement, à se mettre en route. L'ESPE ne nous préparera pas à fond dans toutes les matières, par exemple, nous sommes certaines que nous n'avançons absolument pas assez vite en mathématiques ce qui va vite commencer à être assez problématique... alors les bouquins sont nos sauveurs ! Bientôt un nouvel article vous parlera de nos choix d'achats et de nos regrets ou au contraire de nos bonnes trouvailles :D 

    Pour le moment, nous revoyons les bases dans les matières de l'écrit. En maths, les quatre opérations, les bases, la géométrie plane et cette semaine théorème de Thalès et Pythagore. En français, la nature et classes des mots ainsi que les fonctions. Tout se complique au fur et à mesure... 

    A côté des disciplines obligatoires, nous avons des cours hyper formateurs : littérature de jeunesse et connaissance du métier particulièrement ! Rien de plus intéressant que d'entendre parler des anciens enseignants du primaire toujours motivés qui mettent en lien chacun de leur propos avec le terrain ! C'est pourquoi je vous laisse prendre connaissance du super "Vrai ou faux" que nous avons fait la dernière fois. Il y a quelques trucs qui se répètent mais j'ai trouvé qu'il y avait des choses intéressantes pour comprendre les aprioris de l'éducation et la réalité de notre système éducatif : 

    Vrai ou faux ?

     

    « L’Education nationale est la plus grosse administration » Vrai, 25% de la population active appartient à la fonction publique. De plus, la majorité de ces 25% travaillent pour l’Education Nationale.

    « C’est le premier budget de l’Etat. » Oui, juste après c’est l’armée.

    « On passe 18 ans sur les bancs de l’école. » Oui, en moyenne on passe 18 ans et 3 mois à l’école (primaire, collège, lycée, études supérieures). De plus, 70% des jeunes de 19 ans sont encore scolarisés. La France est en tête pour le temps passé à l’école au cours de la vie. De plus, le redoublement est évité au maximum. De plus, si l'on envisage le maintien ou le passage anticipé d'un élève c'est en fin de cycle.

    « La scolarisation progresse mais les inégalités se renforcent. » Oui, on a démocratisé l’enseignement mais pas encore la réussite. Chaque année 100 000 jeunes quittent le système éducatif sans diplôme, ce qui équivaut à 1 élèves sur 8.

    « Selon que vous habitez le 16ème ou le Poitou-Charentes… » Les bons et mauvais quartiers ne sont pas régionales mais départementales. Mais lorsque l’on étudie les résultats au bac en fonction des régions, on remarquer qu’il existe des différences.

    « Les programmes changent tous les ans. » Faux, le programme qui était en vigueur au début des années 1960 avait presque un siècle. Depuis ces années beaucoup de programmes ce sont succédés : 8 depuis 1977. Les anciens enseignants ont donc eu cette impression. 

    « Le directeur d’école est un roi nu. » Oui, il a de lourdes responsabilités mais très peu de pouvoir contrairement aux proviseurs de collèges qui sont des supérieurs hiérarchiques par rapport aux enseignants du second degré.

    « Collège unique, collège inique. »  Bof, pas vraiment adapté. Il conviendrait peut-être de faire des voix parallèles. On considère qu'1 élève sur 4 rentre avec des difficultés.

     « Redoubler, ça ne sert à rien. » Plutôt oui, avant la majorité des élèves faisaient une scolarité en ayant redoublé. 

    « Les parents démissionnent. » Il y a obligation d’informer les parents, de les recevoir à certains moments. Alors s'il démissionnent c'est de leur plein gré et pas de la faute de l'enseignant.

     « A l’école, on n’est plus en sécurité. » L’école reste quand même sanctuarisé mais n’importe qui n’est pas censé pouvoir rentrer.

     « Ecole privée, école de riches. » Oui et non, il y a des écoles chères mais pas que. Il y a de grandes disparités en terme de région.

     « Dans le privé, on est sûr de réussir. » Pas vraiment, pour beaucoup de familles, l’école privée est l’école de la deuxième chance. Mais c’est possible puisque les parents suivent de plus près la scolarité de leurs enfants sûrement parce que celle-ci est devenu un véritable budget dans la famille.

    « Les meilleurs profs sont dans le privé. » Non, le déroulement de leur carrière y est plus difficile. De plus, leurs retraites sont plus faibles.

    « Le niveau baisse. » Cela dépend de l’instrument de mesure : en orthographe oui, par exemple.

    « L’illettrisme gagne du terrain. » La démocratisation de l’enseignement a porté ses fruits, toute une population est scolarisée donc l’illettrisme perd du terrain. Mais, ce qui est alarmant c’est que l’écart entre les meilleurs et les autres se creusent.

    « Pas étonnant, les devoirs sont interdits. » Ils sont interdits depuis la circulaire de 1956 mais une loi est passée en 2013 qui l’interdit formellement. Il faut faire la différence entre devoirs et leçons.

    « Ils se savent plus lire. » Cela n’a pas beaucoup de sens, en situation de vie quotidienne nous sommes de moins en moins amené à lire et à écrire. Mais ils savent lire, mais les situations concrètes de lecture quotidiennes se réduisent.

    « C’est la faute à la méthode globale. » Invention de Mme Rouquié, elle n’a quasiment été jamais appliqué à l’école. Rare, on été les enseignants a essayé d’enseigner la lecture grâce à celle-ci. C’est donc un mythe, car la méthode utilisée est mixte (syllabique – globale) et principalement globale.

    « Yaka faire comme en Allemagne. » Il existe une orientation beaucoup plus précoce, dès le collège. Libération des élèves plus tôt dans la journée, mais cela est en train de changer. Au contraire de la France, l'état allemand est en train de réformer son système éducatif en rallongeant les journées d'école.

     « Yaka faire des groupes de niveau. » Non, il faut faire le pari des interactions entre élèves. Ce n'est pas en regroupant les moins bons élèves entre eux que l'on va les motiver et les pousser vers la réussite. 

    « Fôkon réforme l’orthographe. » On a la même orthographe depuis 1836.

     

    Bonne lecture & à vos commentaires ! :D 

    Publication de M.


  • Commentaires

    1
    Sandra
    Lundi 4 Janvier 2016 à 15:40

    Très intéressant tout ça ! J'apporte juste un petit commentaire à la dernière phrase : la dernière révision de l'orthographe date de 1990 ! Les programmes mentionnent "les rectifications proposées en 1990 restent une référence mais ne sauraient être imposées."
    Vous partez avec une bonne longueur d'avance sur les candidats libres, profitez de votre chance :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :